fbpx
Les startups françaises qui transforment le retail

Cette édition 2019 du mapping RetailTech est une mise à jour de la version parue fin 2017 ; dans les paragraphes suivants nous nous attachons à mettre à jour les grandes tendances qui séparent ces deux versions.

Ce mapping contient plus de 170 startups qui œuvrent à réinventer le secteur de retail sur l’ensemble du cycle de vente (vente en ligne exclue) : de l’avant-vente au service après-vente, en passant par le magasin.

Le secteur du retail subit depuis plusieurs années des transformations majeures sur l’ensemble de sa chaîne de valeur, ceci afin de faire face notamment à la croissance du commerce digital. Les entreprises du retail sont à la recherche de services innovants à forte valeur ajoutée sur l’ensemble de leur process, de la traçabilité et la digitalisation de la chaine amont jusqu’à l’après-vente. L’évolution des habitudes de consommation a poussé le marché à s’adapter et à incorporer une multiplication d’outils digitaux. 

Là où le marché était en plein essor en 2017 sur l’expérience client et la digitalisation des commerces physiques, on constate désormais une certaine maturité. De manière générale, on assiste à un vieillissement de la cohorte, aussi l’édition 2019 du mapping RetailTech recense moins de nouveaux entrants que de sortants. 2 raisons de sortie principales pour les startups : elles ont soit été rachetées ou cessé leurs activités. Les rachats / consolidation ont eu lieu majoritairement dans les domaines de l’after sales, par exemple avec le rachat de You2You par Yper en avril 2019. Pour ce qui est des cessations d’activités (sociétés généralement peu actives, en sous-effectif, en encore en manque de financement), elles se sont manifestées dans toutes les branches de la RetailTech. 

A l’inverse, un certain nombre d’acteurs continuent sur leur croissance avec des levées conséquentes, notamment dans les domaines de la digitalisation de point de vente avec Wynd (72M€ levés en janvier 2019), l’expérience client avec iAdvize (32M€ en octobre 2017), ou encore dans les solutions « Drive to Store » avec Vectaury (20M€ levée en octobre 2018). 

VOUS SOUHAITEZ ENTRER EN CONTACT AVEC DES STARTUPS INNOVANTES ?

Alors qu’il y a quelques années, les perspectives du magasin physique s’assombrissaient avec la montée en puissance des achats en ligne et du m-commerce, on voit aujourd’hui émerger un « retail unifié », marqué par la disparation des frontières entre magasin physique et online, et où le magasin physique a de nombreux et nouveaux rôles à jouer. 

Les magasins physiques adoptent désormais les mêmes outils de management que les sites de e-commerce à l’image de Angus.ai qui permet de surveiller son magasin (rupture de stock, mauvais prix, etc.) ou de Retency qui analyse le client (flux, comportement …) dans le magasin ou face aux outils de communication. On peut encore citer l’avant-vente avec le « Drive-to-store » qui permet d’augmenter la fréquentation des points de ventes physiques (à l’instar du français Vectaury). 

Le retail unifié s’incarne dans un triptyque qui unifie 1) la fonction commerciale du magasin, 2) une visibilité en temps réel sur la totalité des stocks (boutiques physiques et online, centralisés en entrepôt, déportés en magasin ou en transit), et 3) la composante logistique permettant mettre en mouvement ces stocks de manière transparente pour le client. 

Il est désormais possible d’obtenir en magasin un niveau de suivi et « d’intelligence » du parcours client similaire à celui disponible en ligne : retracer le cheminement dans les rayons, identifier les temps de pause et d’hésitation, interagir avec le client sur la base de ce comportement, etc., Ces engagement client est rendu possible par une variété de technologies : suivi par le mobile, par beacon lumineux, wifi, bluetooth, etc. 

Dans cette accumulation de data, le RGPD s’est imposé depuis 2017 comme la norme incontournable de respect de la vie privée, entrainant un besoin d’ajustement plus ou moins grand de la part des retailers dans le traitement de la donnée, et ouvrant la voie à un nouveau champ d’activité pour des startups spécialisées dans la gestion du RGPD comme ReachFive.  

La mise à jour de ce mapping a permis la création d’une nouvelle catégorie : Sales assistant. Elle englobe désormais les robots assistants en magasin comme ceux de Hease Robotics mais aussi les chatbots comme Webotit ou Matcha Wine qui permettent d’aiguiller le client au sein du magasin ou du site e-commerce. Pour aller plus loin dans le conseil d’expert et dans l’ultra personnalisation des recommandations, des start-ups comme iAdvize ont combiné le savoir d’une communauté experte avec l’intelligence artificielle pour créer une plateforme hybride. A noter que les technologies AR/ VR/ 3D n’ont toujours pas réalisé la percée qu’on l’on pouvait attendre depuis plusieurs années. 

En guise de conclusion, nous pouvons dire que ces deux dernières années ont vu se poursuivre la maturation de l’écosysteme RetailTech Français, aussi bien côté Startups que côté Retailers, qui sont désormais mieux acculturés à ces nouvelles technologies. Les Robots et les bots n’ont pas remplacé les magasins physiques et des employés retail – dont le rôle reste prépondérant mais évolue néanmoins. Quelques grosses startups continuent sur leur trajectoire de croissance avec des levées série B, C, D. ; et tentent de partir à l’assaut des grands marchés Européens ainsi que des Etats-Unis, probablement le marché le plus concurrentiel sur le plan du retail. 

N'hésitez pas à nous contacter !

Nous avons focalisé ce mapping sur les startups innovantes immatriculées en France. S’il vous paraît manquer des acteurs ou que vous souhaitez avoir plus détails sur le sujet, n’hésitez pas à nous contacter !

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*