fbpx
L’Open Innovation, un facteur de compétitivité pour les industriels de l’énergie

L’accord de Paris visant la réduction d’émissions de gaz à effet de serre a été signé il y a 3 ans mais les émissions carbones restent élevées. Les industriels ont conscience de cet enjeu et s’engagent à produire une énergie plus propre, plus efficace, plus durable, qui soit accessible au plus grand nombre.

A l’heure de la 4ème révolution industrielle via le numérique, l’industrie se transforme et bouleverse ses codes pour entrer dans cette nouvelle ère digitale ; on parle des 3D de la transition énergétique : Décarbonation, Décentralisation, Digitalisation. C’est justement cette digitalisation qui permet et accélère les deux premiers principes de décarbonation et décentralisation. La digitalisation décloisonne les interactions entre les équipes internes, entre les prestataires externes, avec les clients finaux et développe la coopération et la co-construction entre les leaders d’une même filière qui collaborent pour identifier des solutions répondant à des problématiques communes.

Les stratégies de Transition Numérique s’axent aussi sur les collaborations grands groupes / startups. Cette révolution digitale est une révolution rapide et pour rester compétitif, les industries doivent devenir agiles notamment grâce au déploiement en interne de ces nouvelles technologies et solutions digitales. Aucun métier n’est épargné, le digital s’invite partout : gestion de projet, suivi et maintenance prédictive, prévention et sécurité du personnel terrain et des infrastructures, relation client, … avec un objectif qui est commun : les opérations doivent être plus sûres, plus efficaces et les coûts réduits.

Ancien monde vs nouveau monde : le digital, cerveau de la transition énergétique

Le modèle classique d’une production d’énergie centralisée sur de vastes sites s’essouffle au profit d’une décentralisation des sites de production composés d’unités de taille moins importante et de petite capacité produisant l’énergie nécessaire pour les besoins locaux. Dans les années à venir, le monde énergétique va devenir protéiforme.

Le citoyen se tourne de plus en plus vers les énergies renouvelables qui gagnent rapidement en compétitivité face aux énergies fossiles, notamment le photovoltaïque qui s’est fortement démocratisé ces dernières années, entraîné par une chute importante des prix. Les industriels sont incités à produire leur propre électricité « verte », d’autant plus que ce développement des énergies renouvelables s’accompagne d’une réduction de la capacité à investir dans des méga projets de sites de production comme les centrales nucléaires. Le gouvernement français a d’ailleurs confirmé sa volonté de ramener la part du nucléaire dans la production d’électricité à 50% d’ici à 2035.

Cette décentralisation des sites de production amène les industriels à repenser la distribution via les réseaux et le stockage d’énergie. Le digital permet de répondre à ces nouveaux enjeux avec les smart grids (réseaux électriques intelligents), les nouvelles solutions de stockage et le suivi des consommations en temps réel. Grâce aux technologies informatiques et à l’utilisation des données, les industriels de l’énergie sont capables de suivre la demande en temps réel, d’optimiser la production et d’avoir une gestion plus efficace des réseaux électriques. Par exemple, la startup Elum Energy avec ses algorithmes de Machine Learning permet aux industriels d’identifier les processus et les équipements les plus énergivores et de suivre leur consommation au fil du temps pour quantifier le rendement des investissements en efficacité énergétique.

De leur côté, Lancey commercialise des radiateurs électriques intelligents avec batterie intégrée qui se charge pendant les heures creuses du réseau et se décharge pour alimenter le radiateur en heure de pointe permettant ainsi de réduire les factures énergétiques.

Conçu à Grenoble le radiateur intelligent Lancey consomme aux heures où le courant est le moins cher.

Rossini Energy accompagne les industriels dans l’autosuffisance énergétique avec ses chargeurs intelligents pour chariots élévateurs permettant de stocker l’énergie solaire excédentaire dans les batteries d’engin de manutention.

Cette transition ne va pas pour autant faire disparaître l’industrie énergétique classique mais va l’obliger à se transformer pour s’adapter à ces changements et accroître sa compétitivité. Les grandes étapes de la chaîne de valeur de la production d’énergie restent les mêmes : production, stockage, fourniture, services additionnels mais le digital transforme les métiers qui y sont associés, apporte de nouvelles solutions, de nouveaux services et bouscule les habitudes traditionnelles. Ainsi de nombreuses startups proposent déjà des solutions numériques qui permettent aux industriels de gagner en efficacité :

La gestion de projet : les projets complexes des industries énergétiques suivent des plannings de plusieurs centaines de milliers de lignes. Les solutions digitales permettent de modéliser les plannings de manière dynamique et de faciliter la communication entre toutes les parties prenantes.

  • Bulldozair est un outil collaboratif à destination des équipes sur le terrain et dans les bureaux leur permettant de s’échanger des plans, des photos, des reporting qui restent accessibles même hors connexion. L’information est centralisée et sa traçabilité garantie.
  • Siteflow aide les industries à capitaliser sur les connaissances de ses équipes en digitalisant toute la documentation. Certaines tâches administratives et la production de documents standards sont automatisées permettant aux équipes de se concentrer sur les tâches à plus forte valeur ajoutée.

Process industriels et suivi des opérations : la multiplication des capteurs et la remontée des informations en temps réel permet d’avoir un suivi des opérations plus sûr, plus efficace et d’optimiser les process industriels.

  • Distran a conçu une caméra à ultrasons permettant de localiser, en temps réel et à distance, les fuites de gaz.
  • Expert Teleportation est une solution de lunettes connectées permettent à un opérateur terrain d’avoir une assistance d’un expert qui est à distance. Les équipes terrain peuvent communiquer en temps réel et bénéficier de l’expertise d’autres collaborateurs où qu’ils soient dans le monde.
La jeune pousse Ermeo a intégré les lunettes connectées d'Expert Téléportationson à son logiciel de documentation numérisée.

Maintenance prédictive : les pannes provoquent une baisse de la productivité et engendre des coûts de réparation et de maintenance. Plusieurs solutions digitales permettent aujourd’hui de suivre, « d’écouter » les machines et d’anticiper les défaillances et pannes éventuelles :

  • Fieldbox.ai a développé un algorithme qui détecte les anomalies dans le fonctionnement d’une pompe et qui permet donc d’anticiper le remplacement dans la pompe en commandant en avance un appareil de forage ou en ralentissant la pompe pour allonger sa durée de vie.
  • Wavely a conçu des capteurs connectés autonomes qui permettent d’analyser les signaux sonores d’une machine ou d’un système et de détecter un dysfonctionnement ou une anomalie.

Grâce à la maintenance prédictive, les entreprises pourraient économiser jusqu’à 630 milliards de dollars d’ici 2025*.

Santé, sécurité et prévention : les sites de production sont des lieux où le personnel de terrain est amené à connaître des situations à risques. L’ensemble des industriels se mobilisent autour de ces problématiques de santé, sécurité et prévention pour garantir un environnement de travail sûr à leurs collaborateurs. Les technologies digitales contribuent à développer un environnement plus fiable et plus performant en termes d’équipements et de méthodes.

  • CAD42 développe des gilets avec des capteurs et connectés à un système de calcul prédictif des dangers qui permet par exemple de déclencher un signal sonore et lumineux lorsque l’ouvrier s’approche d’une zone à risque afin de l’alerter du danger.
  • XpDigit dispositif nomade avec lequel les responsables de sites peuvent délimiter rapidement les zones interdites. Dès qu’un technicien équipé d’une balise s’approche ou traverse ces zones, il reçoit une notification vibratoire, sonore et lumineuse. En cas d’inactivité, ses collègues sont alors automatiquement informés de sa position pour lui porter assistance.

Ces startups sont quelques exemples concrets de l’importance du digital dans la mutation de nos industries. Les mentalités changent : nous quittons cet ancien monde dans lequel l’innovation était fermée, produite par les leaders de la filière et peu partagée à un monde où les industries s’ouvrent et mettent en commun, s’intéressent à des petites entreprises qui peuvent leur apporter plus d’agilité et solutionner leurs problématiques plus rapidement. Favoriser les synergies et collaborations entre grands groupes et startups est le cœur de métier d’Impulse Partners qui développe des écosystèmes de décideurs sur les secteurs de l’énergie, de la construction, de l’immobilier de l’industrie.

VOUS SOUHAITEZ ENTRER EN CONTACT AVEC DES STARTUPS INNOVANTES ?

Usine 4.0, l’incubateur lancé en 2016 par Total en collaboration avec Impulse Partners, répond à cet objectif d’accélérer le déploiement des technologies digitales dans l’industrie. Les appels à candidatures sont ouverts aux startups innovantes basées en France et à l’étranger et dès le premier appel à candidatures, ce dispositif a rencontré un fort succès avec 150 candidatures reçues. Trois comités de sélection se sont déroulés entre Paris et Houston et ont permis de retenir 9 startups. Lors de la 2ème saison, Total été rejoint par d’autres partenaires industriels au sein de cet accélérateur (Air Liquide, AREVA, Eiffage, Solvay, VINCI Energies) devenant ainsi le 1er accélérateur de startups au monde multicorporate autour de l’Usine du futur. Cette 2ème saison était axée autour de L’Internet des objets et des solutions innovantes des mesures industrielles. Récemment la 3ème saison était autour des thématiques HSE.

Pour les startups incubées, la promesse est d’avoir l’opportunité de réaliser des « proof of concept » ou pilotes avec les partenaires industriels directement sur leurs sites de production. Pour les expérimentations concluantes, des collaborations pérennes peuvent être signées. Ces collaborations représentent un tremplin important pour les startups qui connaissent une évolution conséquente de leur chiffre d’affaires et des créations d’emplois qui en sont directement liées.

Les différentes startups présentées et les cas d’usage qui y sont associés prouvent cette volonté croissante des industriels de sortir de leur zone de confort et de challenger leurs habitudes et process industriels. L’open innovation entre dans les mœurs, s’impose dans toutes les stratégies digitales des grandes industries et devient le fer de lance dans leur maintien en compétitivité.

*selon l’étude « The Internet of things: mapping the value beyond the hype » du cabinet McKinsey (Juin 2015)

Consultante en stratégie d’innovation chez Impulse Partners, Manon Rouzineau accompagne les grands groupes partenaires dans leur démarche d’innovation et pilote aussi l’accélérateur de startups Smart City d’Impulse Labs. Impulse Partners a développé huit accélérateurs. Avec plus de 70 partenaires grandes entreprises, Impulse Partners donne accès aux grandes entreprises à plus de 350 startups. Les startups quant à elles peuvent expérimenter leurs solutions directement sur sites et profiter de l’expertise des industriels.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*